Une étude sur le tourisme médical en Europe

Les eurodéputés de la commission Transport et Tourisme du Parlement européen ont demandé une étude sur le tourisme de santé dans l'UE.

Ce type de tourisme accueille 56 millions de touristes européens et 5,1 millions de touristes internationaux, soit 5 % du tourisme en Europe. Il contribue à l'économie européenne à hauteur de 0,3 %.

Cette étude aborde les trois aspects principaux du tourisme de santé :

  • le tourisme médical,
  • le tourisme de bien-être
  • et le tourisme balnéaire.

Ce secteur fait face à plusieurs défis que l'étude met en avant :

  • la sûreté alimentaire, locative et environnementale,
  • la compétitivité, avec la saisonnalité, les barrières réglementaires et administratives, les taxes, la difficulté à trouver et conserver un personnel qualifié,
  • les avancées technologiques,
  • la concurrence sur le marché, avec une forte demande pour des séjours personnalisés et de nouveaux produits, et l'attractivité des destinations hors-Europe.

L'étude montre que la France, l'Allemagne et la Suède sont les pays les plus attractifs en matière de tourisme de santé : ils accueillent 56 % des touristes entrants et constituent 58 % des touristes sortants.

Le rapport démontre également que le tourisme de santé offre plusieurs avantages :

  • réduire la saisonnalité,
  • participer au développement durable et à la qualité du travail,
  • réduire les coûts de santé grâce à des mesures de prévention et une consommation réduite de médicaments.

Enfin, l'étude présente plusieurs recommandations en direction des acteurs régionaux et nationaux :

  • garantir et améliorer le qualité de l'offre touristique,
  • soutenir la collaboration entre les acteurs,
  • lancer des campagnes promotionnelles,
  • intégrer le tourisme de santé dans les stratégies de spécialisation intelligente,
  • et utiliser le tourisme de santé pour stimuler l'attractivité du territoire en basse saison.

Plus d'Information:

Cette étude a été réalisée par Tomas Mainil, Eke Eijgelaar, Jeroen Klijs, Jeroen Nawijn, Paul Peeters.

Elle est disponible ici (en anglais).

Print Friendly