Les priorités de la présidence maltaise présentées au Parlement

Venant de prendre la présidence du Conseil pour la première fois et ce pour six mois, Malte doit désormais préciser quelles seront les priorités de son programme de travail. Annoncées brièvement au tout début d'année, elles doivent désormais être détaillées par thématique. Chaque ministre se plie donc en ce mois de janvier à l'exercice rituel de l'échange de vues en commission parlementaire avec les eurodéputés.

Cette semaine bien chargée a permis de mettre en lumière les dossiers qui seront à l'honneur dans les mois à venir :

Agriculture et développement rural : la présidence se focalisera sur le bio et les éléments agricoles de la proposition législative dite "omnibus". Elle initiera également le débat sur la PAC post-2020.

Industrie, énergie, recherche : la priorité sera donnée à la conclusion des négociations sur les services d'itinérance de gros et la promotion de la connectivité à Internet dans les communautés locales. Le partenariat en matière de recherche et d'innovation dans la zone méditerranéenne (PRIMA) sera également promu.

Développement : la présidence travaillera notamment sur la mise en œuvre du nouveau consensus européen pour le développement et l'amélioration de la réponse européenne aux crises prolongées.

Transports et tourisme :  la priorité sera donnée aux transports maritimes.

Commerce international: la présidence s'est dite prête à avancer sur les outils de défense commerciale et sur la législation anti-dumping.

Développement régional: La présidence souhaite faire progresser la législation "omnibus" et accroître la visibilité des résultats de la politique de cohésion auprès des citoyens.

Culture, éducation et sport : l'action maltaise portera sur la promotion d'un système éducatif permettant de lutter contre le chômage et l'inadéquation des compétences.

Affaires étrangères : les négociations du processus d'élargissement feront partie des dossiers clés. Les relations avec la Turquie seront préservées.

Libertés civiles, justice et affaires intérieurs : la question migratoire sera bien sûr au cœur des débats, tout comme la lutte contre le terrorisme et la radicalisation.

Affaires juridiques : tout sera fait pour trouver un accord sur les contrats couvrant du contenu numérique et la question du droit d'auteur.

 

 

Print Friendly