Le Parlement européen se penche sur l’égalité des genres dans les accords commerciaux

La commission du commerce international et la commission des droits de la femme et de l'égalité des genres du Parlement européen ont conjointement publié un document de travail sur l'égalité des genres dans les accords commerciaux de l’UE.

Cette analyse, portée par les députées Eleonora Forenza (Italie, GUE) et Malin Björk (Suède, GUE), présente des recommandations pour que l'Union européenne prenne en compte l'égalité des genres dans ses politiques commerciales.

Le document se fonde en effet sur l'idée que le commerce n'est pas neutre du point de vue du genre et que les politiques commerciales ont des effets spécifiques sur les femmes.

  • D'une part, la libéralisation du commerce et des investissements tendrait à creuser l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes.
  • D'autre part, les accords de libre-échange auraient parfois comme conséquence de privatiser les échanges de services, comme l'éducation, la santé physique, sexuelle et reproductive qui touchent particulièrement les femmes.

Les eurodéputées regrettent ainsi l'absence d'une perspective d'égalité des genres dans la politique commerciale de l'UE. La stratégie «Le commerce pour tous» souhaite par exemple faire du commerce un moteur de développement inclusif, mais elle n'inclut pas la dimensions du genre dans le commerce.

Les rapporteures ont donc élaboré des recommandations à destination de la Commission européenne, qui est pleinement compétence sur le commerce. Elles demandent à l'UE de garantir l'inclusion des aspects concernant les droits de l’homme et des femmes dans les accords commerciaux.

Forenza et Björk proposent ainsi :

  • que la Commission conduise des évaluations sur l’impact de la politique commerciale sur les droits de l’homme et sur les droits sociaux ;
  • que la Commission soutienne l'inclusion de chapitres forts sur les droits des femmes avec des clauses contraignantes ;
  • qu'elle développe le système de préférences généralisées (SPG) de l’Union, qui offre aux pays en développement un accès préférentiel au marché de l’Union et comprend des dispositions en matière de droits de l’homme ;
  • que la Commission plaide pour l'inclusion de l'égalité des genres à l'Organisation mondiale du Commerce (OMC).

Plus d'Information:

Le document de travail du Parlement

Une note de la Commission sur la participation des femmes aux exportations de l'UE

Print Friendly