Thomas PESQUET, le meilleur reporTERRE !

Mardi 7 novembre, Thomas PESQUET, célèbre astronaute français, s'est rendu pour la première fois au Parlement européen sur invitation de l'eurodéputé de la circonscription sud-ouest, Franck PROUST. Cette rencontre, introduite par le Président du Parlement européen Antonio TAJANI, a permis d'échanger sur son expérience de 196 jours dans la Station Spatiale Internationale.

Également Vice-président de l'intergroupe "Ciel et Espace", Franck PROUST a déclaré "Thomas PESQUET a été pour moi le meilleur reporter, car il nous a fait découvrir la planète sous tous ses angles". Le discours de l'astronaute a eu des allures de récit d'aventure, tout particulièrement pour les étudiants de l'IUT de Nîmes venus pour l'occasion.

Un témoignage personnel

Le héros spatial, a tenu un discours clair et concis sur son expérience de six mois au niveau de l'orbite basse. Grâce à l'appui d'un clip vidéo, il a notamment expliqué le fonctionnement de la Station Spatiale Internationale, laboratoire scientifique de pointe, où il a pu réaliser des expériences impossibles sur Terre.

Il a aussi tenu à rappeler son engagement vis-à-vis de l’environnement. La planète Terre a été décrite comme "un oasis de vie perdu dans un océan de vide". Très pédagogue, il a expliqué avoir pris conscience de la fragilité de notre planète et avoir voulu profiter de l'opportunité qui lui était offerte pour témoigner des effets visibles du changement climatique : la pollution des océans, la destruction de la forêt amazonienne, ou encore la fonte des glaces en Amérique du Sud.

C'est aussi un engagement pour la jeunesse que l'astronaute veut dorénavant porter. Selon lui, encore trop peu de jeunes filles sont attirées par les carrières scientifiques. Elles ne représentent en effet que 15% des effectifs du corps des astronautes européens. Dans toutes ses interventions, il a donc à cœur de mettre en lumière sa collègue Peggy WHITSON, astronaute américaine l'ayant accompagné dans le cadre de sa mission, qui constitue un modèle à suivre pour les jeunes générations.

Désormais tourné vers l'avenir, il répond à une question d'un étudiant de l'IUT de Nîmes sur les prochains défis de la conquête de l'espace, en affirmant que "le Graal est d'aller sur la planète jumelle de la nôtre : Mars".

Son discours était tinté de tolérance, d'optimisme mais aussi d'une certaine fierté européenne : "Je suis européen de nationalité française". Il a détaillé son parcours de sept ans à l'ESA qui l'a conduit à cette mission dans l'espace, laissant les étudiants ébahis. Humble, il précise que son travail est avant tout de témoigner de son expérience extra-terrestre. À la question "voudriez-vous repartir pour une mission?", il répond par l'affirmative, précisant qu'il se doit aussi de laisser sa place à la nouvelle vague d'astronautes, qu'il espère être paritaire.

L'Union européenne et le spatial

Le Président du Parlement européen, Antonio TAJANI a introduit cet événement en appelant à une stratégie européenne spatiale influente au niveau mondial.

A l'échelle européenne, cette réunion a donc été l'opportunité de discuter de la nécessité pour l'Europe d'être une puissance spatiale. Aujourd'hui, ce secteur représente 40 000 emplois directs, et 250 000 indirects en Europe. De même, 1/3 des satellites mondiaux sont produits au niveau européen. Les outils européens, tels que Galileo, Copernicus ou encore EGNOS, sont les principaux bras armés de cette Europe spatiale. Le prochain défi, a rappelé l'eurodéputé Franck PROUST, concerne la diffusion des données spatiales aux entreprises, recueillies notamment grâce aux expériences réalisées dans l'espace par Thomas PESQUET . Il faudra de plus se mobiliser autour de la définition du budget alloué au secteur spatial dans le prochain cadre financier pluriannuel (2021-2027).  Franck PROUST reste résolument optimiste car "l'indépendance d'accès à l'espace n'a pas de prix".


Plus d'Information:

Voir la vidéo de l'introduction du Président TAJANI

Voir les réactions sur les réseaux sociaux

En savoir plus sur la stratégie spatiale européenne

Print Friendly