La criminalisation du discours de haine

In Éducation - Culture - Affaires Sociales by Occitanie Europe

La Commissaire en charge de la justice, Věra Jourová, estime que les États membres ont pour obligation de criminaliser les discours incitant à la haine, qu'elle soit raciale ou religieuse. Elle s’est exprimée à l’occasion de l’ouverture d’un colloque sur la lutte contre l’antisémitisme et l’islamophobie, organisé par la Commission européenne à Bruxelles.

Le premier vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans et Věra Jourová ont lancé le débat sur la manière de combattre la haine à l’égard des minorités juives et musulmanes en Europe et d’encourager la tolérance et le respect. Les membres des communautés juives et musulmanes, des autorités nationales et locales, des ONG, des entreprises, des représentants de la presse et des particuliers ont participé à cette rencontre.

Interrogée sur ce que devraient faire les États membres pour faire face à ce défi, Věra Jourová a déclaré que la décision-cadre de lutter contre certaines formes et expressions de racisme et de xénophobie par le droit pénal oblige les États membres à introduire dans leur code pénal les propos haineux et à les sanctionner.

« Nous voulons que les États membres mènent cette action de façon concrète. Il ne suffit pas de l’avoir dans la loi, il faut l’appliquer », a-t-elle insisté.


Print Friendly, PDF & Email