La BEI présente sa nouvelle feuille de route de 1000 milliard d’euros pour le climat

In Énergie - Environnement - Climat by Occitanie Europe

La Banque européenne d'investissement (BEI) a approuvé la feuille de route 2021-2025 du groupe BEI pour la Banque du climat. Cette feuille de route doit orienter 1 000 milliards d'euros d'investissements dans la lutte contre le changement climatique et la durabilité environnementale d'ici 2030.  En cela, ces fonds permettront de soutenir les objectifs du Green Deal européen en se focalisant sur des projets axés sur le climat, la biodiversité et la durabilité.

Wernerd HOYER, le Président de la Banque européenne d'investissement a souligné le "rôle de l'Europe dans la voie de la décarbonisation et d'une économie verte, résiliente et socialement inclusive". En effet, la feuille de route permettra d'aligner toutes les activités de financement sur les principes et objectifs de l'accord de Paris sur le climat d'ici la fin 2020, conformément aux engagements pris par la BEI en 2015.

Ce montant comprend 400 millions d'euros pour l'initiative internationale COVAX, dans le cadre du Fonds européen pour le développement durable (FEDD), afin de garantir un accès juste et équitable aux vaccins COVID-19. Le Président a mis en avant son soutien au laboratoire BioNTech et ses avancées dans la recherche d'un vaccin, en indiquant qu'il devrait être diffusé largement et pas seulement dans les pays riches.

La BEI a également approuvé un nouveau financement de 7,8 milliards d'euros pour soutenir les investissements des entreprises touchées par COVID-19, tout en soutenant les transports propres, le développement urbain durable, les énergies renouvelables, la santé et l'éducation. Elle a également dévoué 2,6 milliards d'euros de nouveaux programmes de financement pour les entreprises, notamment pour les entreprises touristiques françaises les plus touchées par la crise.

Par ailleurs, sur les différentes orientations des investissements, la BEI a choisi de consacrer :

  • 1,9 milliard d'euros pour des transports urbains et régionaux durables pour l'Europe.
  • 1,1 milliard d'euros pour les villes et les logements, afin d'investir notamment dans l'efficacité énergétique.
  • 1 milliard d'euros pour la santé et l'éducation, afin d'améliorer la qualité des soins et de l'enseignement.
  • 1 milliard d'euros pour le soutien à l'énergie propre, à la lutte contre la pollution régionale et pour le secteur de l'eau, qui comprend des dépenses pour des parcs éoliens en France.

Cependant, certaines parties prenantes se sont déclarées déçues de cette feuille de route, notamment des ONG environnementales. Ces acteurs indiquent que la feuille de route prouve que la BEI ne sera pas aligné sur les objectifs de l'accord de Paris avant la fin 2020, et que par ailleurs certains projets portant atteintes à l'environnement continueront d'être financés jusqu'à la fin 2022.

Print Friendly, PDF & Email