L’UE se dote d’un nouveau Fonds européen de développement durable !

Le 28 juin dernier, le Parlement européen et le Conseil sont parvenus à un accord provisoire sur la création d'un Fonds européen de développement durable (FEDD). Ce fonds d’investissement extérieur, qui sera doté d'un budget initial de 3,3 milliards d'euros, devrait permettre de lever, d’ici à 2020, 44 milliards d’euros d’investissements dans le secteur privé en Afrique. Le nouveau Fonds Européen pour le Développement Durable est au cœur du Plan d’Investissement Externe. C'est en effet l'un des 3 piliers du PIE et qui servira de levier pour mobiliser l’investissement.

Pour rappel, le Président de la Commission européenne, Jean Claude Juncker avait proposé, lors de son discours sur l'état de l'Union en septembre dernier, un Plan d’Investissement Externe (PIE) destiné à soutenir les investissements dans les pays partenaires de l’UE en Afrique et dans le voisinage de l’UE.

Le PIE propose une nouvelle approche, qui est celle de dépasser la traditionnelle aide au développement, qui ne peut, à elle seule relever le défi de parvenir à un développement durable. Le Plan offre un cadre intégré et cohérent permettant une pleine coopération entre l’UE, les institutions financières internationales, les bailleurs de fond, les autorités publiques et le secteur privé. C'est une nouvelle approche qui permet d'identifier, de préparer et d'apporter un soutien aux projets d'investissements dans les pays extérieurs à l'Europe.

Le FEDD et le PIE visent ainsi à :

  • Favoriser un développement durable dans les pays partenaires de l’UE de manière cohérente. Un minimum de 28% des investissements du FEDD sera destiné à soutenir l’action climatique des pays bénéficiaires pour contribuer à la mise en œuvre de l'Accord de Paris.
  • Mobiliser l’investissement et lever des fonds. Dans cette optique, le Plan d’Investissement Externe facilitera les investissements dans les pays qui en bénéficient le mois et encouragera l’implication financière des acteurs (privés) dans une telle dynamique.
  • Fournir des financements au micro-, petites et moyennes entreprises en mettant l’accent sur la création d’emplois, dans les secteurs socioéconomiques tels que les infrastructures, y compris l’énergie, l’eau, les transports, les technologies de l’information et des communications (TIC), l’environnement, les infrastructures sociales et le capital humain.
  • Aider à attirer les investissements en développant des projets viables financièrement et économiquement.
  • Contribuer à améliorer l’environnement des affaires dans les pays partenaires en soutenant les réformes et la gouvernance économique.
  • Contribuer à s’attaquer aux causes profondes des migrations et à renforcer les partenariats en Afrique. L’accord prévoit que le fonds devra se concentrer sur la lutte contre la pauvreté, la création d’emplois décents, les jeunes, les femmes et les petites entreprises et que le soutien devra respecter les normes internationales de développement.

Les bénéficiaires du Fonds devront respecter les droits de l'homme, les normes de l'Organisation internationale du travail (OIT) et les règles internationales en matière d'investissement responsable.

L'accord devra encore être confirmé par le Parlement et le Conseil. Les commissions parlementaires (Développement et Budget) devraient se prononcer le 3 juillet et l'ensemble des députés européens, en session plénière, le 6 juillet prochain.

 

Plus d'Information:

Le Plan d'Investissement Externe de l'UE

Print Friendly