Les résultats du dernier Eurobaromètre sont sortis !

Réalisé entre le 18 et le 27 mars dernier, le dernier sondage Eurobaromètre a été mené auprès de 27 901 personnes issues de l'Union européenne.

Pour rappel, les Eurobaromètres consistent en un ensemble d'études menées régulièrement dans toute l'Union européenne, et ce, depuis 1973, afin de sonder les citoyens sur toute une série de thèmes liés à l'appartenance à l'UE.

Les résultats de ce dernier sondage soulignent les principaux points suivants.

Plus de soutien à l'Union européenne

57% des Européens considèrent l'appartenance à l'Union européenne comme étant une bonne chose, un résultat en hausse par rapport à 2016.

56% des personnes interrogées se déclarent par ailleurs attachées à l'Union, soit 5 points de plus que l'année dernière. Néanmoins, les citoyens européens restent plus attachés à leur ville (87%), à leur région (87%), ou à leur pays (91%).

Des solutions européennes aux problèmes actuels

Le sondage de 2017 révèle ensuite que les Européens seraient convaincus de la nécessité de trouver des solutions communes pour répondre aux défis qu'ils rencontrent. Ils souhaiteraient ainsi plus d'intervention de la part de l'UE, et notamment dans les domaines de sécurité, d'immigration ou de lutte contre le chômage.

Des Européens davantage intéressés par l'Union européenne

Les résultats de l'Eurobaromètre prouvent ensuite que de plus en plus de citoyens européens prennent goût à la politique européenne. 56 % des personnes interrogées disent en effet s’intéresser aux questions de politique européenne, contre 54 % en septembre 2015. 48% des personnes sondées estiment par ailleurs que leur voix compte dans l'Union européenne, un chiffre également en hausse par rapport à septembre 2016.

L'Union européenne en déficit démocratique

L'Union européenne semble toutefois décevoir en matière de démocratie. Seuls 43% des sondés estiment en effet être satisfaits de la manière dont la démocratie fonctionne dans l'UE. Ils considèrent donc que l'UE doit encore faire des efforts sur ce terrain là.

En faveur d'un processus d'intégration différencié

Enfin, les Européens soutiendraient plutôt une intégration européenne différenciée, puisque 41% des personnes sondées considèrent que tous les États membre devraient avancer à la même vitesse (contre 48% en 2015). De même, l'idée que certains pays devraient être autorisés à s'affranchir des autres sur la question du futur de l'intégration européenne gagne en popularité. Environ 49 % des sondés soutiennent une telle approche, contre 41 % en septembre 2015.

 

Plus d'Information:

Le sondage 

Sondages à deux ans des élections européennes

Print Friendly